Sauver son couple après un bébé


Ah, la grossesse, puis le bébé… Et votre couple dans tout ça ? Crise ou pas crise de couple ? Voici quelques questions que nous allons essayer de résoudre dans cet article.

Devenir parent du jour en lendemain

Il y a les soins, la fatigue, mais aussi l’angoisse de faillir devant cette tâche énorme que celle d’être parent. Plus les doutes. Et la fameuse culpabilité. S’il s’agit du premier enfant, vous devez alors tout apprendre ensemble, les gestes, les attitudes, les interdits aussi. Ce qui cause angoisse et peur de mal faire. À cela s’ajoute le modèle parental de chacun qui met en relief  l’éducation acquise :

« – Ma mère m’a dit qu’il faut faire comme ceci »; « – La mienne pense qu’il faut faire comme cela ».

La préoccupation psychique incessante tournée autour du bébé provoque souvent un certain sentiment d’isolement chez l’un ou l’autre des parents. Voire les deux. Bien souvent le papa. Il a un rôle capital à jouer, lui aussi.

Si l’un des deux travaille et pas l’autre (du moins à titre de travail rémunéré et valorisé par un autre statut que celui de « femme au foyer » ou « père au foyer »), le retour du premier s’accompagne d’autres préoccupations que:

« Tu veux que je te fasse couler un bain mon amour ? »

Mais plutôt:

« J’ai même pas eu le temps de me prendre une douche ! »

Les premiers mois, tout tourne autour du bébé. Quoi de plus normal ?

Un temps pour tout. Là, c’est le temps de l’enfant.

Heureusement, ce manque de disponibilité ne dure pas éternellement.

Cette période est aussi l’occasion pour le couple de se montrer soudé dans son intérêt et celui de la famille. Il faut essayer de s’adapter à ce bouleversement total. Mais insistons sur le fait que cette adaptation doit être réciproque. Les femmes portent bien trop souvent – et ce n’est pas être féministe que de dire ça – la charge du foyer, du couple et du travail en sus. De plus en plus d’hommes se montrent des papas exemplaires, des maris aimants et aidants. Pourvu qu’ils soient de plus en plus nombreux à partager… même les tâches les plus ingrates, et pas seulement faire joujou avec les enfants.

  1. Aidez-vous mutuellement, pour tout.
  2. Communiquez avec votre partenaire.
  3. Accordez du temps pour votre couple. Une heure vraiment pour vous deux, sans télé ni factures à régler, vaut plus qu’un week end à angoisser parce que vous êtes loin de votre enfant.
  4. Soyez plus tolérant envers votre partenaire dans son rôle de parent. Personne n’est parfait. Même pas vous.
  5. Laissez au papa prendre sa place. Vous êtes deux. Partagez avec lui.
  6. Autant que possible, veillez à ne pas laisser le désir s’éteindre.

La crise pointe quand on se laisse déborder. C’est vrai qu’étendre des pleines corbeilles de chaussettes et de bavoirs à deux, c’est moins glamour que de se lover ensemble dans le canapé en écoutant Ray Charles. Mais c’est aussi ça la vie. L’essentiel pour ne pas s’oublier dans cet état de parent est de se rappeler que vous êtes aussi deux individus. Une micro dose d’égoïsme, ne serait-ce que pour vous faire belle (ou beau), c’est toujours dans l’intérêt du couple. Et même celui de l’enfant.

La rédaction de RMMC

 

Sur le même thème, voir aussi les articles :

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *