Témoignage : sauver sa peau ou sauver son couple ? Comment Pac-Man a mangé ma vie. 2


Dans mon livre, Rendez-moi mon ex !, je parle de mon expérience d’ancienne dépendante affective… ou plutôt de notre co-dépendance affective. Voici comment vous servir de mon expérience.

La crainte d’être quitté entraîne chez certains d’entre nous une angoisse paralysante. Si mon ex me quitte, que vais-je devenir ? Pour savoir si vous avez raison de chercher à sauver votre couple, posez-vous une question :

« Ma relation avec mon ex m’a-t-elle souvent fait souffrir ? »

Soyez honnête avec vous-même, d’ailleurs, si vous hésitez, c’est déjà que oui. Une relation épanouissante ne fait pas souffrir. En tout cas, sur une échelle de 1 à 9, comme pour l’échelle de Richter, la relation peut entraîner des tremblements de 1 à 2.

Vous ne savez pas comment estimer la souffrance ? Comparez votre relation au schéma ci-dessous, vous verrez qu’il peut être révélateur de l’état de votre santé psychique.

J’ai été mangée par un Pac-Man

Qu’entends-je par « souffrir » ?

Il y a quelques années, je me retrouve en voiture avec le mari de ma sœur et lui parle de ma relation tortueuse avec ce que j’appelle un « Pac-Man affectif© » (vous savez, ce bonhomme rond et jaune qui, pour échapper aux fantômes, mangeait tous les Pac-Gommes qui se trouvaient dans son labyrinthe). À l’époque, mon Pac-Mac s’appelait Marco, et j’étais son Pac-Gomme préféré : dévouée à lui corps et âme. Tellement fidèle à mon suzerain que l’idée d’attendre une once de reconnaissance me choquait ! J’étais bien atteinte.

Pour me situer sur l’échelle de Richter, je dirais qu’au début de notre relation, j’étais à 1, « secousses imperceptibles », puisque mon Pac-Man savait quoi dire pour que je rentre dans son labyrinthe : flatteries et gentillesses au programme. Puis, très vite, j’ai grimpé à 6 : « dégâts à l’épicentre dont l’ampleur dépend de la qualité des constructions ». Heureusement pour moi, je ne suis pas allée au-delà. Je l’ai quitté avant de risquer la « destruction totale de l’épicentre », justement en grande partie grâce à mon merveilleux beau-frère, qui m’a dit :

« Il ne faut pas souffrir »

Ce qui, sur le coup, m’a fait bondir. Quoi ? Mais si ! Quand on aime, on souffre toujours !

« Non, c’est faux. Quand on aime on fait du bien. On donne et on reçoit »

En voilà une découverte ! Quand on aime, on donne et on reçoit. Tout cela est naturel et se fait sans se sentir obligé. Quand on aime, ou plutôt quand on s’aime, on veut le mieux l’un pour l’autre.

C’est comme ça dans le monde des gens équilibrés. Mais, moi, je flirtais avec la planète des boiteux. Une planète qui accueille tous les Pac-Man et les Pac-Gommes qui veulent bien y planter leur labyrinthe. J’étais donc boiteuse moi-même, puisque je donnais à manger à mon Pac-Man, qui me disait, la bouche pleine :

« J’ai tellement besoin d’affection et de reconnaissance que je vais manger tous ceux qui m’en donneront ! »

Et de mon côté, je lui répondais :

« J’ai tellement besoin d’affection et de reconnaissance que je vais nourrir tous ceux qui en auront besoin ! »

Mon ex nourrissait ma névrose… et je nourrissais la sienne

Plus haut, je vous demandais de vous poser la question de la souffrance pour savoir si vous aviez raison de vouloir récupérer votre ex.

La raison est que, pour être passée par-là, il me semble important de s’interroger sur l’utilité de cette démarche si elle risque de vous faire du tort à terme.

« Cela vaut-il vraiment la peine de m’engager dans un processus de reconquête qui durera des semaines et des semaines et risque de me faire souffrir encore plus que je n’ai déjà souffert ? »

Vraiment, interrogez-vous.

Je ne suis pas en train de dire que toutes les personnes qui font la démarche de se documenter sur les dysfonctionnements de la relation à deux, ou de faire une thérapie liée à leur couple dans le but de le reconstruire, sont des Pac-Man ou des Pac-Gommes en puissance. Heureusement que non ! Sinon, il y a aurait 0% de réussite, ce qui n’est pas le cas, puisque j’ai accompagné la réconciliation de nombreux couples. Mais, parmi les personnes qui demandent mon conseil, il est vrai que se cachent pas mal de Pac-Gommes.

Le Pac-Man mange… jusqu’au jour où il est mangé

Les Pac-Man qui souffrent quittent, mais ne consultent pas… jusqu’au jour où ils tombent sur un Pac-Man plus fort qu’eux, qui les quitte. Ils deviennent à ce moment-là des Pac-Gommes, comme je l’ai été moi aussi : 10 ans à être une Pac-Woman, je rencontre un Pac-Man plus fort que moi, il me largue et je deviens une Pac-Gomme pendant des années, jusqu’à ce que je travaille sur mon problème et devienne un Happy-Pac ! Content de son sort même si la vie n’est pas tous les jours un festival de l’humour de Montréal.

Ai-je raison de vouloir récupérer mon ex ?

La reconquête de l’ex ne concerne donc pas que des boiteux cherchant leur cale. Seulement, je le constate tous les jours en consultation, nous sommes nombreux à vouloir rattraper notre ex pour les mauvaises raisons. La première étant la peur d’être seul et de perdre celui qui comblait notre névrose… oh, pardon j’ai dit un gros mot ! Celui qui répondait à notre besoin de réconforter en se bâfrant de nos réconforts… sans jamais dire merci, mais plutôt en émettant un rot bien gras, que nous prenions bien sûr pour de la politesse. Ô, comble du bonheur !

Inutile de récupérer son ex si c’est un glouton affectif

Le cœur brisé par des années d’efforts et la vigueur démolie par un Pac-Man ou une Pac-Woman (je ne l’ai pas précisé, mais les gloutons affectifs sont de tous genres), ils cherchent à récupérer leur vorace, tout habitués qu’il sont à nourrir son appétit, quitte à se vider de leur énergie. Combien sont eux qui perdent amis, parents, argent… et dizaines de kilos dans le nourrissage insatiable du conjoint devenu ex ? Car, même loin, il continue à vous bouffer votre énergie. Ils vous pompent (votre air, votre argent, etc.) Vous reconnaissez ces expressions, n’est-ce pas ?

Les 3 catégories affectives : Pac-Man, Pac-Gomme ou Happy-Pac

1 – Si c’est parce que vous avez besoin de quelqu’un, quel qu’il soit pourvu qu’il vous donne affection et reconnaissance et ne demande rien en retour, vous êtes un Pac-Man. On vous reconnaît parce que vous quittez toujours.

2 – Si c’est parce que vous craignez de ne plus avoir personne à qui donner, vous appartenez probablement à la famille des Pac-Gommes. Toujours disponible pour prodiguer des bons soins à qui en aura besoin… et toujours largué.

3 – En revanche, si c’est parce que vous n’avez plus rien à lui donner à quelqu’un en particulier (en l’occurrence votre ex)et que vous préférez personne que n’importe qui,vous êtes de la caste des Happy-Pacs. Peu importe qui a quitté l’autre, vous n’avez pas ce problème. Aujourd’hui, c’est lui qui vous manque, pas son besoin d’amour et de reconnaissance en mal de donneur. Certes, vous êtes moins happy depuis la rupture, mais toujours plein d’énergie et prêt à relever les manches pour reconstruire votre couple.

Dans notre couple, y avait-il un dominant et un dominé ?

Maintenant que vous savez à quelle famille vous appartenez, vous comprenez peut-être mieux votre comportement en couple. Ceci étant dit, vous vous demandez toujours si vous faites bien de chercher à récupérer votre ex ? Pour le savoir, posez-vous encore une question :

« Y avait-t-il un dominant à la maison ? »

  • Oui, mon ex me dominait au point que ça m’oppressait ?

Pas de doute : votre Pac-Man et avait besoin de son Pac-Gomme (vous, en l’occurrence) pour le dévorer dans le labyrinthe et lui prendre son énergie afin de dégommer les fantômes. Chercher à le récupérer est dangereux pour vous.

  • Oui, vous dominiez votre ex au point que ça l’oppressait ?

Cher Pac-Man, il y a peu de chances que vous lisiez ce livre puisque chercher à soigner votre névrose serait un premier pas vers la guérison… ça, non ! Ça vous convient d’être aimé sans donner. Si, néanmoins, vous l’avez sous les yeux, c’est bon signe : vous être en train de vous rendre compte qu’une relation équilibrée est possible avec votre ex si vous lui prenez son affection… et que vous lui en témoignez à votre tour.

  • Non, vous décidiez à tour de rôle sans vous sentir dominés ?

Dans ce cas, la reconquête a du sens : vous êtes deux Happy-Pacs qui ont perdu leur sourire momentanément. Vous avez toutes vos chances.

Prune Quellien

Mini Prune HomeVous rencontrez cette situation et avez besoin d’un conseil amoureux personnalisé ? Je vous invite à prendre rendez-vous, nous en discuterons ensemble et envisagerons des solutions.

 

Voir aussi les articles :

Livres et séances de coaching :


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Témoignage : sauver sa peau ou sauver son couple ? Comment Pac-Man a mangé ma vie.