C’est sa faute !


Au rayon “hostilités“, les crises de couple sont souvent jalonnées de charmants “C’est ta faute ! » bien pratiques, mais pas justes. Si on apprenait à se responsabiliser ?

Pire que dans un jury d’assises, le couple en crise divise l’ex couple d’amoureux en deux parties opposées : l’accusé et le plaignant. Le plaignant, victime à ses yeux du comportement intolérable de son partenaire va se transformer en enquêteur dont le devoir sera de réunir les pièces nécessaires à prouver la culpabilité du conjoint accusé, lequel se retrouvera observé du matin au soir et du soir au matin et tout ce qu’il pourra dire sera, qu’il le veuille ou non, retourné contre lui. Ambiance :

Tu ne m’écoutes jamais !

=> Traduction : En m’ignorant, l’accusé cherche à m’écraser !

Tu aurais pu me dire que tu allais courir ! Moi je t’attendais !

=> Traduction : L’accusé est un égoïste !

Ainsi, le plaignant se pose en victime puisque, c’est évident, tous les faits et gestes de son conjoint sont intentionnellement dirigés contre lui. L’accusé n’écoute pas parce qu’il a la tête prise par des problématiques autres au moment où son partenaire lui parle, ou que simplement il rêvasse, non ! Il n’écoute pas parce que c’est un égoïste. Il ne court pas parce qu’il aime courir, il court pour faire du tort à son partenaire. Ça tombe sous le sens : si l’accusé est coupable, c’est donc vous, le plaignant qui êtes innocent ! Ouf ! C’est bon de le savoir.

Inversement, l’accusé devient plaignant quand il rétorque :

Mais si, je t’écoute ! Seulement tu parles tout le temps !

=> Traduction : Cette logorrhée a pour but de me rendre fou, Monsieur le Juge !

Je te l’ai dit que j’allais courir ! J’ai même crié : « J’y vais ! » mais tu n’as pas entendu… ou tu faisais semblant de ne pas entendre.

=> Traduction : Cette femme m’accuse d’être égoïste. Mais c’est elle l’égoïste ! C’est celui qui le dit qui y est, d’abord !

Les deux silex étant prêts à être frottés, le feu n’a plus qu’à prendre.

De l’enquêteur à l’expert psy

Fort de ses découvertes accablantes à l’encontre de son accusé de conjoint, l’enquêteur poussera encore plus loin ses investigations et se transformera, en toute logique, en expert psychiatrique. C’est ce que font tous les bons plaignants qui se respectent. Le diagnostique est sans appel :

Il ne se confie jamais à moi

=> C’est (forcément) un dissimulateur. Il refoule un manque d’affection depuis l’enfance. Ça vient de sa mère, ça.

Il est super en société et soupe-au-lait à la maison

=> C’est (évidemment) un pervers. Il m’a raconté que quand il était petit il était super bon en orthographe – comme sa mère, tiens… – jusqu’au jour où un camarade a copié sur lui et qu’il a été puni. Ça doit venir de là.

Dans tous les cas, si votre partenaire montre des sentiments négatifs, ce n’est pas parce qu’il a sa vie psychique, ni que votre comportement le contrarie, non ! C’est que c’est un malade ! Évidemment. Comment n’y avez-vous pas pensé avant ?

Il n’est donc pas coupable, il est irresponsable. Heureusement, vous êtes responsable, vous.  Vous allez l’aider à entendre raison, l’amener sur le chemin de la rédemption. Il suffit qu’il écoute l’analyse rigoureuse que vous ferez de son cas, qu’il accepte de se faire soigner et tout ira comme sur des roulettes. Ça vous coûte de vous y mettre parce que ce n’est pas votre job, mais c’est pour son bien.

Conclusion

Que c’est pratique d’avoir un coupable ou un malade diagnostiqué irresponsable par vos soins à disposition ! On peut rediriger notre frustration contre lui plutôt que de retourner le miroir et se regarder dedans. S’il y a dispute chronique, ce n’est la faute de personne, c’est la responsabilité des deux. Ce qui compte, c’est d’accepter… Et d’apprendre à dépasser le conflit.

Prune Quellien

Vous rencontrez cette situation et avez besoin d’un conseil amoureux personnalisé ? Je vous invite à prendre rendez-vous, nous en discuterons ensemble et envisagerons des solutions.

 

Voir aussi les articles :

Livres et séances de coaching :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *