« On ne fait plus l’amour » : la clé du désir est au fond de la poubelle


« Elle n’a plus envie de faire l’amour », me disent-ils. « Je fais tout à la maison ! », me disent-elle. Quand les corvées ménagères salissent le désir du couple, comment le raviver ?

Sujet hautement pas glamour… Tant pis ! Je m’y colle aujourd’hui pour éclairer certaines personnes qui s’étonnent encore que leur compagne boude ou leur fasse carrément le coup de la migraine. Ouvrez vos oreilles : elle n’a pas de problème de désir, elle a un problème de respect. En faisant la grève du sexe, elle exprime son mécontentement à être prise… « pour une boniche », comme elles disent quand elles sont très très énervées.

Certes, les tâches ménagères sont mieux réparties qu’au milieu du siècle dernier, mais, pour la majorité des couples, c’est encore la femme qui se charge des gestes ingrats. Comment ne pas se sentir réduite à un chiffon quand on est quasi la seule à tenir la maison ? Tailler les haies dans le jardin, c’est dur physiquement d’accord, mais ça n’a rien de dévalorisant. En revanche, passer la serpillère, c’est tout de suite beaucoup moins sexy. L’odeur de l’eau de Javel, la position courbée sur le balai-brosse et les gants roses y seraient-ils pour quelque chose ?

Le couple est un échange. C’est donnant-donnant. À moins d’être maso, qui a envie de donner son corps à quelqu’un qui le méprise ? Pourtant, mettre la main à la pâte, c’est aussi une façon de s’impliquer dans la relation de couple. C’est comme dire :

« La question ne se pose même pas : on est à deux, on nettoie à deux. »

Que celui ou celle qui tripe de récurer un four plein de gras, changer les draps ou se contorsionner pour astiquer la baignoire, me jette la première pierre si je l’offense, mais personne ne préfère le ménage à croquer dans une pizza croustillante, dormir dans un lit tout propre ou prendre un bain bien moussant. Personne ! Mais tout le monde utilise le four, le lit, la baignoire.

La majorité des hommes (j’ai bien dit la majorité, pas tous les hommes) comprendront-t-ils un jour que leur participation domestique agit comme un puissant aphrodisiaque chez leur femme ? Oui, j’ai bien dit un puissant aphrodisiaque ! Pourquoi ? Parce qu’elle se dit que son homme veut la préserver de la médiocrité. Qu’il continue à la voir comme la femme désirable qu’elle n’a jamais cessé d’être. Pas seulement comme une maman, ou pire… une mamie. Et peut-être aussi que le sien est moins crétin que les autres, qui sont restés au Moyen-Âge. C’est motivant d’avoir un homme intelligent. Et comme c’est le cerveau qui pilote le sexe…

Faire la vaisselle (sans la casser), passer la brosse dans les toilettes ou plier le linge est donc plus efficace – et plus délicat – que de lui offrir de la lingerie fine (même si un petit Chantelle fait rarement de la peine). Au contraire, le désengagement des conjoints sur ce point les condamne à quelques longues nuits de solitude. Autant avaler une cuiller de bromure tout de suite.

Le p’tit coup d’œil sur un intérieur agréable quand on rentre chez soi vaut 10 bouquets de roses (mais rien ne vous force à choisir non plus !). La solidarité au quotidien, c’est ça aussi qui participe à réinventer le couple chaque jour.

Prune Quellien

Vous rencontrez des problèmes de couple et avez besoin d’un conseil amoureux personnalisé ? Je vous invite à prendre rendez-vous, nous en discuterons ensemble et envisagerons des solutions.

 

Voir aussi les articles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *