Comment va votre cœur ?


Non, pas votre organe, mais votre sentiment, comment va-t-il ? Comment vous sentez-vous, émotionnellement ?

Plutôt heureux ?

Rien n’est parfait et en cherchant un peu vous auriez bien quelques doléances à formuler, cependant vous ressentez un bien-être général qui vous donne le sentiment de vous aimer vous-même, d’aimer les autres et d’être aimé en retour. Ce sentiment de contentement est même parfois tellement aigu que vous pouvez l’appeler bonheur. Mais de quoi est-il composé, ce fameux bonheur ?

Il pourrait ressembler à cela : votre vie sociale comme votre vie intime répondent à votre besoin de sécurité, d’amour, de réussite et de reconnaissance. Vous êtes animé par un sentiment d’efficacité personnelle qui vous permet de réussir dans un domaine spécifique et répond à un besoin supérieur : la réalisation de soi. En outre, l’efficacité personnelle nourrit le sentiment amoureux. Ça n’est un secret pour personne : être bien avec soi, malgré les doutes qui peuvent nous traverser, garantit une relation équilibrée à l’autre. Se sentir plein et entier nous éloigne d’un besoin démesuré de l’autre pour combler nos manques.

Ce parcours du « bienheureux » n’a pas été traversé sans difficultés car, comme tout un chacun, vous avez eu votre lot de difficultés, mais avez développé des qualités propres à résister au renoncement. C’est cette capacité de résilience qui vous a aidé(e) à poursuivre votre chemin.

Ce qui amine votre sentiment de bonheur est une somme de trois composantes : des émotions positives à l’égard de votre passé, de votre futur et de votre présent, une vie engagée dans des expériences prenantes et valorisantes au niveau intime, professionnel et des loisirs, et enfin une recherche de sens dans votre existence.

Plutôt malheureux ?

Au contraire, votre vie vous interroge en permanence et vos doutes vous empêchent de vous inscrire dans une relation amoureuse heureuse.

Douter est nécessaire pour faire des choix et avancer, mais quand le doute est constant il entraîne des ruminations qui n’ont plus rien de réaliste. Comme un tabouret à trois pieds, le trépied qui assure l’équilibre du bonheur – émotions positives, vie engagée et quête de sens – est menacé de rompre.

Comment prévenir ce risque ou y remédier ? En confrontant vos pensées dubitatives ou négatives à la réalité des faits et en consolidant vos réalisations et vos réussites. J’espère pouvoir vous aider à atteindre ce valorisant objectif.

Prune Quellien

Cet article fait écho à votre histoire ? Quelque soit le lieu où vous vivez, nous pouvons prendre rendez-vous pour une séance ensemble à mon cabinet à Paris, sur Skype ou par téléphone.

 

 

 

Liens utiles :

Voir aussi les articles :

Partager cet article