À l’origine de l’infidélité


« Il me trompe » ; « Elle a un amant ». À l’origine de ces situations se trouve un comportement auquel on ne prête pas assez attention en couple.

Vous croyez que c’est parce que vous avez grossi ou que c’est normal au bout de 20 ans ? Pourtant, une autre raison explique pourquoi il (elle) est parti(e) pour quelqu’un d’autre.

 Des reproches, encore des reproches

Ce que l’on observe dans les infidélités, c’est que les personnes qui trompent le font dans la majorité des cas parce qu’elles cherchent chez autrui du réconfort qu’elles ne trouvent pas ou plus auprès de leur conjoint. Elles ont avant tout besoin de compréhension et de réconfort. C’est par dépit qu’elles se tournent vers quelqu’un d’autre de réceptif, qui ne les critique pas et ne leur fait pas de reproches. Ensuite, se sentant comprises, elles nourrissent des sentiments amoureux à l’égard de cette nouvelle relation.

 Qui a commencé ?

À l’origine des tromperies, on constate de nombreux non-dits, des reproches et un dialogue mal mené. Cela, les deux membres du couple en sont responsables. Autant la personne à qui s’adresse les accusations et ne trouve pas d’autre comportement que la fuite, que la personne qui formule les reproches ou accusations (qui commencent souvent pas « tu ») et refuse d’accepter que ses accusations ont poussé l’autre à fuir le couple.

Il faut se rappeler que le succès d’une union à deux tient à plusieurs facteurs, mais surtout aux interactions positives. Ces interactions sont plus ou moins nourries en fonction de la volonté de chacun des deux partenaires, de leur vécu antérieur, de leur tempérament, de leur habileté de communication et de la qualité des interactions. Quand y a plus d’interactions négatives que positives, c’est là qu’il faut réagir et s’interroger sur soi.

 Mon conseil :

  1. Reconnaître vos maladresses et le dire.

Si vous avez été trompé(e), considérer que votre comportement a contribué à faire fuir votre partenaire est la première étape pour essayer de reconstruire votre couple. C’est une étape difficile, car vous pouvez vous dire « Oui, mais c’est quand même moi qui suis trompé(e) ! ». Certes, mais certaines personnes craignent de parler car elles ont peur que leur parole soulève de la colère et encore des reproches ou un comportement silencieux qui bloque le dialogue.

L’étape qui suit est de reconnaître vos erreurs – ou plutôt vos faux-pas, car dans cette affaire il n’est pas toujours simple de savoir lequel des deux a allumé la mèche. Par exemple, en disant à la personne que vous aimez qu’elle a pu souffrir de vos reproches et que c’est peut-être ces reproches incessants qui l’ont poussée à fuir. Cette expression doit être sincère et profondément ressentie, sinon il s’agira d’une stratégie. Et les stratégies, ça va bien cinq minutes, mais on ne fonde pas une relation dessus.

  1. Vous pardonner

Vous avez fait des nombreux efforts pour transformer vos interactions négatives en positives… en vain ? Faites-en moins. Et pardonnez-vous un peu plus.

Quand des années de conflits et de drames ont jalonné la vie du couple, il y a de fortes probabilités qu’il ne reprenne pas. Faites-vous aider le temps d’accepter cette étape difficile qu’est le deuil de la relation. Plus tard, vous pourrez reparler plus paisiblement, mais la priorité c’est de retrouver du positif dans votre vie. Le premier étant que la fin de la relation marque aussi la fin des disputes.

Prune Quellien

Cet article fait écho à votre histoire ? Quelque soit le lieu où vous vivez, nous pouvons prendre rendez-vous pour une séance à mon cabinet à Paris, sur Skype ou par téléphone.

 

 

 

Livres et eBooks :

Voir aussi les articles :