Les ex reviennent-ils ?


La personne qui vous a quitté(e) revient sur sa décision. Faut-il reprendre la relation ou renoncer définitivement ? Voyons quelques cas particuliers.

Pétillant de joie, sifflotant comme à son habitude, Liam sonne à la porte de mon cabinet, le sourire toujours large et l’œil malicieux : « Mon ex-femme me drague, vous le croyez ça ? » Connaissant la maison pour m’avoir consultée pour la première fois un an auparavant, il se jette sur le fauteuil comme on ferait du fosbury et poursuit « Incroyable, non ? Et vous savez quoi : ça m’énerve. »

La première fois que Liam a franchi le seuil de ma porte, il était tout gris. Au sens propre comme au figuré. Habillé dans un costume gris moyen sur une chemise gris pâle, le teint gris et l’œil éteint. Après 17 ans de mariage et deux enfants, Cristalle, sa femme, venait de lui annoncer qu’ils allaient se séparer.

 Difficile de dire « J’accepte ta décision de nous séparer »

Nous avons alors entrepris un travail d’acceptation, car il ne cessait de contrer sa décision à elle, ce qui ne faisait que la renforcer et la braquer contre lui. Toutes les deux semaines au début de nos entrevues nous avons évoqué les bénéfices secondaires à long terme qu’il aurait à admettre cette séparation : le sentiment qu’elle aurait de se sentir reconnue et respectée, la gratitude qu’elle en éprouverait, la satisfaction qu’ils auraient de continuer à être de bons parents œuvrant dans l’intérêt de leurs enfants au-delà de leurs désaccords d’homme et de femme.

 « J’ai accepté notre séparation et maintenant j’ai hâte de passer à autre chose »

L’idée a fait son chemin. Ça a pris du temps, mais au fur et à mesure que Liam se détachait, je le voyais se transformer. Littéralement. Fini l’homme tout gris des débuts. Cinq mois après le premier entretien, j’avais devant mes yeux un homme élégant, dynamique et vêtu de belles couleurs flatteuses à son teint désormais plus chaud. « J’ai quasiment hâte qu’elle quitte la maison », me dit-il. « Même si j’appréhende un peu, j’ai envie de me projeter dans ma nouvelle vie. » Et c’est ce qui s’est passé. Ils ont acté leur divorce, organisé les modes de garde des enfants, sont partis en vacances… et à la rentrée, Cristalle a commencé à montrer des signes de doute. « J’ai l’impression qu’elle m’en veut d’aller bien ». « On dirait qu’elle est jalouse de mes amis ». « Elle m’a demandé si j’avais rencontré quelqu’un ». Perplexité teintée d’un brin de satisfaction mais aussi d’amertume pour Liam.

Nous avons alors espacé nos entrevues à un mois et avons renforcé ses acquis positifs. Puis, d’un mois, nous sommes passé à deux mois. Jusqu’à ce jour de décembre où il m’a annoncé que Cristalle le draguait et que ça l’énervait.

 Quand l’ex revient, mais…

Il arrive que celui ou celle qui a été quitté ne veuille plus de ce retour. Remonter la pente a réclamé trop d’efforts, réussir à accepter a nourri une estime de soi très abimée par le désamour qui a précédé la rupture. Impossible de revenir en arrière : la satisfaction à s’être retrouvé a été gagnée de trop haute lutte.

C’est ce qu’a connu Liam, mais je l’ai observé à plusieurs reprises. Chez Fabien, 48 ans, habitant à Metz, qui me disait « C’est super de récupérer son ex, mais c’est reculer pour mieux sauter », ou chez Félix, deux fois plus jeune et expatrié au Qatar, qui me disait « Fuis-moi, je te suis ça marche ! Sauf que je n’ai plus envie de la suivre après ce qu’elle m’a fait. »

 Quand l’ex revient et que le couple redémarre

C’est la situation qu’a connue Antonin. 26 ans de vie avec Léa, trois grandes filles et beaucoup de vie dans cette maison familiale, puis Léa sombre dans une dépression. Antonin devient sa béquille, son infirmier, son psy. Il accepte tout, s’efface pour lui faire de la place, la sécurise… ce qu’elle lui reproche. Elle lui annonce « Je pars », puis « Je reste ». Il est perdu.

Je lui suggère de se réaffirmer, de poser les limites du cadre. Réaction immédiate : 15 jours plus tard, il lui impose de partir, ce qui la contraint à bien réfléchir à cette décision de séparation qu’il précise « irrévocable ». Elle prend peur, il lui impose 6 mois de séparation, non sans crainte de la perde définitivement. Elle dit oui mais tarde pour trouver un logement, se fait plus petite, craint à son tour de le perdre. Plus il lâche prise, plus elle s’alerte.

Alors, vient le jour où elle lui dit « Tu me manques, laisse-moi rester ». Il accepte, ils s’embrassent intensément. Il aura fallu quatre mois et demi pour que leur couple soit réanimé.

 Pour être heureux en amour, faut-il laisser l’ex revenir ?

Si ce couple a réussi à renouer, c’est en majeure partie parce que chacun s’est confronté au réel. Anton s’est affirmé « J’ai lâché prise et me suis découvert », ce qu’espérait Léa, qui elle a retrouvé du désir pour son mari et admis qu’elle devait se prendre en mains également.

La question qui vaut la peine de se poser quand l’ex-conjoint revient est probablement « Qu’est-ce que cette réconciliation nous apportera de nouveau ? », car se réconcilier pour revivre dans un passé amer n’apportera pas de joie. Et c’est sur ce mot « joie » que j’ai envie de finir cet article. Qu’en dites-vous ?

Prune Quellien

 Cet article fait écho à votre histoire ? Vous pouvez prendre rendez-vous à mon cabinet à Paris, sur Skype ou par téléphone.

 

 

 

Liens utiles :

Voir aussi les articles :