Le ménage, c’est bon pour les ménages


Récemment, on pouvait lire sur le Net l’analyse d’une énième étude révolutionnaire qui allait changer la face du couple : un bon équilibre entre travail  rémunéré et travail non rémunéré serait plus satisfaisant pour 25% des couples interrogés que lorsque papa travaille et maman nettoie (qu’attendent les 75% d’autres ?). Ça veut dire quoi, en gros ?

Papa travaille, maman pouponne… et inversement.

La responsabilité partagée de la serpillière et de l’ordinateur du bureau, c’est bon pour les couples. Tant mieux : nos amis canadiens promeuvent autant l’implication des hommes dans les taches ménagères et la garde des enfants que l’égalité des chances pour faciliter l’emploi des femmes. On a vite envie de s’exclamer : Il était temps ! Mais, plutôt que s’étouffer avec des gants de ménage, demandons-nous comment font ces couples pour trouver le bonheur – ou au moins l’équilibre – dans la répartition des corvées de linge, de pluche et d’aspirateur ?

Ils s’encouragent.

« Allez chéri, je suis avec toi ! »

Spontanément, on dirait bien que c’est déjà une plaie de devoir dire à sa moitié « Euh… il y a des machins frisés qui traînent dans la baignoire » sans perdre ni son glamour ni sa virilité, mais si en plus il faut y trouver du bonheur ! Pourtant, au chapitre 6 de mon livre Rendez-moi mon couple, je donne l’exemple du chef de chantier qui rentre avec ses bottes toutes boueuses.

Comment lui faire comprendre définitivement qu’il faut que ça cesse ? En prenant exemple sur ces couples qui arrivent à communiquer avec douceur.

Ils se remercient.

Bizarre ? Non, pas tant que ça. Le couple échange des bons procédés : tu fais ça, je fais ça. Mais si tu ne le fais pas, que se passe-t-il ? Je te met un coup de casserole dans la figure ? Je te crochète avec une pince-crocolide ? Eh bien non ! Je te remercie ! Mais je te remercie pour une autre chose que tu as faite et qui m’a fait plaisir.

C’est sûr, ça demande de la patience.

Ceci dit, on a toujours le choix de saisir soi-même le pommeau de la baignoire pour débarrasser les intrus frisés de la céramique immaculée… mais apprendre à s’affirmer peut comporter quelques avantages.

Prune Quellien

Vous rencontrez cette situation et avez besoin d’en parler ? Je vous invite à prendre rendez-vous, nous en discuterons ensemble et envisagerons des solutions.

Voir aussi les articles :

Livres et consultations :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *